Pages

jeudi 20 août 2009

Oeil rouge...


J'aime à croire que je suis enfin guérie de toi mais mes dessins tendent à me prouver le contraire, j'aimerais juste dire que je te hais, mais non même pas...

dimanche 2 août 2009

Semi-automatique

Mura Bustan, un coin de terre que je ne connais guère même pas du tout. Un simple point sur la carte du monde, un autre, voilà Jeddah ou même bordeaux. Du bon vin, j'ai envie de bon vin de m'enivrer et d'oublier cette errance perpétuelle de mon égo. A la recherche de ce partenaire de vie, d'une épaule sur laquelle me poser, me reposer.


Compound... Static... Display... Try and play...


Les mots défilent sur mon écran alors que je consulte mes e-mails, juste un bruit de fond pour dire que oui, la vie existe. Pourquoi est-ce que je me sens aussi seule?


This is the end...


Chantes, chantes pour moi Roi Lezard que j'oublie dans ta voix ce désir inavouable se répandant du fin fond de mes entrailles.

Oublier ce contrat que j'ai eu l'inconscience de signer, faisant de moi ton jouet. Tout ça pour une simple demande d'information.


How stupid of me


Vincent, ou peu importe ton prénom, les seules choses dont je me souvienne sont tes yeux de braise, ceux d'un démon inspirant crainte et ... désir...

Tout cela pour une résesrvation et un possible partenariat inter-entreprise. Foutaise.

Tout cela est parti loin, bien trop loin pour que je puisse me rétracter sans en subir les conséquences. Cette chaleur m'incommonde et m'assomme, dans l'air flotte un lourd parfum que je ne peux identifier.


Compound... Static... Display... Try and play...


Ces même mots sans réels lien les uns avec les autres, je sature, j'ai besoin d'oxygène et accessoirement de repos.

Le manque de sommei, la chaleur et cette moiteur s'allient confortant cette désagréable sensation de malaise.

De l'oxygène, j'ai besoin d'oxygène... Tout se brouille et devient cotonneux.

Je me réveille brusquement, malaise, un endroit que je ne reconnais pas.


Ichi... Ni... San... Yon...


« Tu es enfin réveillée et dispo »

Cette voix...

Avec obstination, je veux oublier ton prénom, mais ces yeux... Impossible.

Sensation claustrophobique, cette pièce est bien trop petite et toi trop proche de moi.

Tu n'es pas si grand mais cette animalité qui se dégage de toi m'impressionne.


Your moves are so raw...

Need you tonight...


« Donnes moi ce que je veux... » Voix susurant à mon oreille, mielleuse et cruelle face à mon impuissance.

Mon côté rationnel te haït mais mon corps en a décidé autrement. Tu n'es rien d'autre qu'un démon auquel j'ai finalement cédé. Consumée par ce feu impie...



Semi-automatique

Braquage du coeur dans ce ciel éthéré, inconscience et poésie de la poudre lorsque les regards se croisent.
Je te propose un duel au soleil bien évidement, pistolet ou autre selon ta préférence.
A toi Merlin pré-raphaélique, j'offre ce gant d'hermine.Cruel artiste transformant ce coeur en cadavre exsangue. Sur ce siège ourlé de diamants noirs et de jais, tu observes ce monde transformé selon ta volonté en une simple balle, métamorphosant ces hommes et femmes en bonhommes ridicules.
Te sens-tu coupable ou te drapes-tu dans cette détresse comme l'on se drape dans un gilet bien chaud?
Face à ce mur d'incompréhension je préfère fuir. Peu importe le moyen, voiture, avion ou autre... Fuir, ce désir qui t'habite.
Pousser la porte de ton royaume et fuir au loin. Fuir ce passage à l'âge adulte qui n'est rien d'autre qu'un meurtre rituel de l'enfance.